La foule aime le confort de l'anonymat et pour cela, elle se conforme au "C'est comme ça !". Mais de temps en temps, une forte personnalité brise les schémas établis. C'est généralement ces gens qui font avancer les choses, qui font bouger les lignes. Mais le foule est belliqueuse envers toute personne qui ose s'affranchier des règles, c'est pour ça que j'ai beaucoup de respect pour ceux qui osent passer outre le "Quand dira t'on ?".

Détails

Le 5 octobre 1728, Françoise de Charanton donne un enfant à son époux, Louis d'Éon de Beaumont, directeur des domaines du roi. Le futur Chevalier d'Eon est né à l’hôtel d’Uzès, à Tonnerre (89-Yonne) puis a déménagé au 22 rue du Pont, dans une maison édifiée par son père. Trois siècles plus tard, c’est ici que se trouve le musée du Chevalier d’Éon. Bordant l’Armançon, ce lieu a été ouvert en 2015 par Philippe Luyt, un cousin lointain du fameux agent secret. Il y expose aujourd’hui une collection de 200 objets ayant appartenu à d’Éon de ses épées… jusqu’à ses jupons.

Il se prénome Charles-Geneviève, une combinaison d'un prénom masculin et d'un prénom féminin ce qui est assez rare à l'époque. Il commence ses études en 1743 à Tonnerre dans sa Bourgogne natale avant d’intégrer le collège Mazarin à Paris, là où sont formés les cadres du royaume. Diplômé de droit en 1749, Charles-Geneviève devient avocat au Parlement de Paris. Parallèlement, le jeune d’Eon de Beaumont apprend l’escrime et l'équitation et on le dit extrèmement doué dans ces deux domaines. A 20 ans il écrit « Considérations Historiques et Politiques », se fait remarquer par Voltaire qui dit de lui “Je viens de découvrir un des esprits les plus brillants du siècle” et il est nommé un an plus tard censeur royal pour l’Histoire et les belles lettres par le Roi Louis XV.

Charles-Geneviève choist ses amis avec précautions dans un Paris de lumières et de libertinage. Il fréquente beaucoup le café Procope au quartier latin, repère des beaux esprits. Il est entre autre amis avec le duc de Nivernais, un libertin qui a des maitresses dans tout Paris. C'est l'une d'elle qui fait inviter pour la première fois Charles-Geneviève à un bal masqué à Versailles à condition qu'il y vienne en femme. Là il est repéré par Lebel, premier valet de chambre du roi dont un des rôles est de repérer les nouvelles venues digne d'intéret. Lebel informe le Roi qui viens faire la cour à Charles-Geneviève avant que celui ci ne lui dise "Je suis désolé Sir, je ne suis pas celle que vous croyez !".

Cet épisode donne des idées à Louis XV. Si lui s’est fait avoir, pourquoi pas un autre souverain ? D’Éon intègre alors le « Secret du roi » sur invitation de Louis François 1er de Bourbon-Conti. Il s'agit d'un cercle secret ne répondant qu'au Roi et menant pour lui des missions diplomatiques ou d'espionnages sans qu'aucun ministre du Roi n'en soit informé. Pour sa première mission comme agent secret, il est dépêché à Saint-Pétersbourg, en 1756, avec deux autres agents du "Secret". Ils devront de manière indépendante tout faire pour tenter un rapprochement entre la France et la Russie. On a pas, c'est une évidence, d'autres documents historiques que les mémoires du chevalier pour savoir ce qu'il c'est réellement passé en Russie. Le plus plausible est que Charles-Geneviève ayant détecté que la la tsarine Elisabeth avait un certain goûts pour les exentricité, il se serait créé un personnage féminin sous le nom de Mademoiselle de Beaumont, puis, profitant de sa parfaite maitrise du français et de son humour qu'on disait irrésistible, il aurait réussit à devenir une des « lectrice » de la tsarine avant de lui avouer son secret, ce qui aurait crér une grande complicité entre eux. Toujours est-il que d’Éon réussit parfaitement sa mission : l’Impératrice rejoint l’alliance franco-autrichienne. De retour à Paris Charles-Geneviève prend goût à sortir vétu en femme, ce qui provoque vite de nombreuses rumeur sur son compte. Aucun homme ne peut apparaitre comme une femme aussi charmante, Charles-Geneviève ne serait elle pas plutôt une femme travestie en homme ? Deux ans après son retour, et après plusieurs autre missions qui auraité été réalisé parfois en homme, parfois en femme, Louis XV décide de récompenser ce fidèle serviteur du Roi en lui donnant le titre de Capitaine des dragons. Peut être aussi veut il faire taire la rumeur...

Dès 1760, il se révèle être un excellent soldat? C'est la guerre de Sept Ans contre la Prusse. Courageux il effectue plusieurs opérations risquée, ce qui ne tarde pas à faire taire les rumeurs sur sa féminité : une femme ne peut se battre avec autant de témérité et assurer aussi bien le commandement. Mais il fait aussi beaucoup d'ombre à un autre officier, Monsieur de Guerchy, qui va devenir son plus farouche ennemi.

Fin 1761, la tsarine Elisabeth meure et la France perd son allié russe. A partir de ce moment la France perd toutes ses batailles et il devient urgent de négocier la paix avec l'Angleterre. Louis XV envoie le Duc de Nivernais comme ambassadeur mais aussi Charles-Geneviève avec pour mission de découvrir les meilleurs termes de paix acceptables par l'Angelterre. Faisant couler à flot le vin de Bourgogne, Charles-Geneviève parvient à subtiliser les notes de négociations, ce qui permet la signature du traité de Paris en février 1763 (C'est là que la France perd le Canada entre autres colonies). Pour cet exploit, le Chevalier d'Eon recoit la très prestigieuse Croix de Saint Louis, plus haute distinction militaire.

Mais Louis XV digère très mal sa défaite et songe à une revanche. Il souhaite porter la guerre en Angleterre, à l'image de Guillaume le Conquérant. Le secret du projet est essentiel pour le Roi qui ne peut compter que sur son cabinet secret. Eon est nommé Ambassadeur par interim à Londres. Il va effectuer un travail de renseignement incroyable. Une bonne centaine de fois, il répète l'opération suivante : Partir de Londres le soir à bord d’une calèche anonyme vers sur la côte Sud. Déguisé en femme, il se fait alors passer pour une petite Française, une artiste. Il s’installe devant les forteresses et les scrute dans les moindres détails, pour peindre, sur le vif, des aquarelles… De leur côté, les soldats anglais, sous le charme de la Française, ne lui tirent pas dessus… et lui donnent tous les secrets de fabrication de leur forteresse ! Mais à côté de ca remarquable travail, il organise des fêtes sompteuse en dilapidant les fonds de l'ambassade, ce qui amène le roi à nommé un Ambassadeur qui se révèle être Monsieur de Guerchy. Il y a immédiatement conflit entre les deux hommes. Versailles envoie des avertissement au chevalier, sans succès. Le mot "il est devenu fou" commence à circuler à Versailles" surtout quand le Chevalier commence à menacer à mot couvert de révéler certains secrets. A Londres, le conflit entre d'Eon et Guerchy devient public, via les pamphlets et les anglais prennent fait et cause pour lui contre l'ambassadeur de France. Craignant pour sa vie, Charles-Geneviève multiplie ses sorties travesti en femme. Peu après Paris rappelle l'Ambassadeur de Guerchy et les choses semblent se calmer, publiquement du moins.

Ne suportant pas de tomber dans l'anonymat, d'Eon décide de répandre la rumeur qu'il a toujours été une femme et les anglais qui aiment parier commencent à engager les sommes les plus folles sur la question du sexe réel du chevalier (en 1771, le montant parié atteint 300.000 livres!). Quand à lui il sort alternativement en Homme ou en Femme selon son humeur. Ce sujet de conversation se répend dans toutes les cours d'Europe et on rigole à l'idée qu'une femme ai pu être incorporée accidentellement dans l'armée française, ce qui plonge le rauyaume de France dans l'ambarras. Selon certains historiens, ces paris auraient été orchestrés par Charles-Geneviève qui pouvait ainsi gagner pas mal d'argent.

A la mort de Louis XV (Mai 1774), son successeur est bien décidé à régler ce problème et surtout, à récupérer les documents secrets qu'Eon a toujours en sa possession. Il charge Beaumarchais de la négociation. Deux grands esprits amateur de scandale s'affrontent. Beaumarchais va jusqu'à demander la Chevalière en mariage ! En résulte un accord insensé avec une forte somme d'argent pour la Chevallière à condition qu'elle renonce définitivement, puisqu'elle se prétend femme, à porter la tenue d'homme (Mais Louis XVI lui accorde le droit de porter sa Croix de Saint Georges sur sa robe, du jamais vu !). Charles-Geneviève signe l'accord et rentre en France mais il rentre habillé en Capitaine des Dragons. Louis XVI semble accepter ce non respect du contrat un moment avant de le convoquer à la cour. Il y vient en femme dans une robe prêtée par Marie-Antoinette elle-même. Provocateur jusqu'à l'extreme, il a gardé ce jour là ses bottes et ses éperons sous sa robe et d'après les témoignages historiques, lui qui pouvait paraitre plus féminin que beaucoup de femmes, a un comportement extrèmement masculin, jurant et crachant. Néanmoins, il ne parrait plus en public qu'habillé en femme à partir de ce jour là.

Toujours aussi amusant et intelligent Charles-Geneviève, en tant que Mademoiselle Lia de Beaumont est invitée dans tous les salons que comptent la capitale. On se l'arrache pour son insolence qui devient un atout mondain. Elle devient le porte parole des femmes et oeuvre pour l'amélioration de leur condition. Après une nouvelle incartade, elle est assignée à résidance à Tonerre ou la population lui fait une fête d'acceuil extraordinaire. Mais c'est désormais une vieille femme qui s'accupe de ses terres. Son équilibre mental commence à se fissurer et ses lettres sont parfois écrite au féminin et parfois au masculin.

Après la révolution, alors que plus rien ne l'y oblige, Charles-Geneviève reste définitivement dans son rôle de femme. Elle se retrouve criblée de dette au point de devoir se séparer de sa splandide bibliothèque de 8000 ouvrages. La chevalière, qui a plus de 60 ans, propose à l'assemblée constituante de lever une armée d'Amazones et de les conduire contre les ennemis de la France. On ne lui répond même pas. A 63 ans elle se met à se produire sur les planches en provoquant en duelle les fines lames. Combattant en robe et chapeau, elle gagne dans la plupart des cas et amasse de grosses sommes grace aux paris. Elle est défiée par le Chevalier de Saint Georges, meilleure lame d'angleterre, qu'elle bat 3 touches à zéro ! Mais peu après, en 1796, elle est gravement blessé lord d'un combat et ne pourra plus jamais se battre. Elle va résider à Londres en partageant l'appartement d'une vieille dame, Mary Cole, veuve d'un officier brittanique. C'est là qu'elle vivra jusqu'à la fin dans l'anonymat et la solitude.

Elle meurt en 1810, Mary Cole lui fait sa toilette mortuaire et découvre, choquée, que Mademoiselle Lia de Beaumont est en fait un homme. C'est la dernière surprise que Charles-Geneviève réservait au monde. Après 33 ans passéé en femme sans plus aucune contrainte depuis la Révolution française, sa féminité ne faisait plus aucun doute ! Plus de 12 spécialistes assistent à son autoptie et constate qu'il était un homme tout à fait normalement constitué physiquement.

.
.

Plus d'infos

Le Chevalier d'Eon un agent trop secret : Episode du magasine "L'ombre d'un doute" facilement trouvable sur Youtube.

Mémoires du Chevalier d'Eon : Livre écrit par le Chevalier d'Eon en personne (2 tomes).

La Chevalière d'Eon : Livre de Gabriel Letainturier-Fradin.

Le Chevalier d'Eon, une vie sans queue ni tête : Livre de Evelyne et Maurice Lever.

Mémoires sur la Chevalière d'Eon : Livre de Frédéric Gaillardet.

Le Chevalier d'Eon : Une Bande Dessinée en plusieurs tomes par Anne Sphie Silvestre.

Le Chevalier d'Eon : Manga en plusieurs tomes de Tou Ubukata et Kiriko Yumeji (Sympa mais résolument accès sur le fantastique et pas sur l'historique !).

Le secret du Chevalier d'Eon : Un film de Jacqueline Audry datant de 1959.

.
.