Liste Alphabétique de nos Cocktails favoris

Alexander (Gin) -Y aller- Alexandra (Cognac) -Y aller- Americano (Vermouth) -Y aller- Balalaïka (Vodka) -Y aller-
Between sheets (Rhum/Cognac) -Y aller- Bloody Mary (Vodka) -Y aller- Blue Lagoon (Vodka) -Y aller- Caïpirinha (Cachaça) -Y aller-
Cosmopolitan (Vodka) -Y aller- Daïquiri (Rhum) -Y aller- Dry Martini (Gin) -Y aller- Gin Fizz (Gin) -Y aller-
Hemingway Special (Rhum) -Y aller- Jack Rose (Calvados) -Y aller- Kansas (Vermouth) -Y aller- Margarita (Tequila) -Y aller-
Milan Turin (Vermouth) -Y aller- Mojito (Rhum) -Y aller- Negroni (Gin Vermouth) -Y aller- Piña Colada (Rhum) -Y aller-
Russe Blanc (Vodka) -Y aller- Sidecar (Cognac) -Y aller- Tequila Sunrise (Tequila) -Y aller- Vodka Martini (Vodka) -Y aller-

Un cocktail est un mélange qui peut être constitué par des boisson alcoolisées, des jus de fruits, des sirops ou de la crème. Ils sont préparés individuellement avec de la glace dans un shaker, un verre à mélange ou directement dans un verre à cocktail et servis. Si tout est possible, certains cocktails ayant fait leurs preuves sont connus internationalement et sont élaborés à l'identique dans le monde entier.

L'origine du mot cocktail est contestée. Le mot serait apparu pour la première fois le 3 mai 1806 dans le journal new-yorkais "The Balance, and Columbian Repository", dans lequel il est écrit "Le cocktail est une boisson stimulante composée d’alcools d’origines indifférentes, de sucre, d’eau et de bitters". A l'époque il est de coutume de démarrer la journée par un ou deux cocktails avant de passer à table pour le petit déjeuner !!!

Si il y a un nom que tout amateur de cocktail cultivé doit connaître c'est bien celui de Jerry Thomas. Jerry Thomas (1830-1885) est considéré comme le père du cocktail, il ne l'a pas inventé mais l'a introduit dans le monde et l'a fait connaître. Le "professeur" Thomas est tout simplement le premier à publier le premier livre de recettes de cocktails, c'était en 1862 et c'est cet ouvrage titré "Bartender's guide : How to mix drinks" [Le guide du barman : Comment mélanger les boissons] qui a lancé le cocktail. Ce livre a le mérite de codifier les principales recettes. Très vite, les cocktails vont devenir l'apanage de lieux de qualité, tels les paquebots et les avions, fréquentés par une clientèle aisée. Elle apprécie de se voir servir des boissons sophistiquées, aux compositions savantes et peu accessibles au commun des mortels.

Dès la fin du 19ème siècle, le Manhattan et le Martini Dry sont devenus des classiques sur les deux rivages de l'Atlantique. Ils symbolisent à merveille la rencontre entre plusieurs mondes : le vermouth italien se confronte avec le bourbon américain et le gin britannique. Le mélange devient union et symbolise l'essor d'un nouveau mode de vie. En 1922, la guerre est finie depuis 4 ans, l'Europe s'amuse. Ce sont les "années folles" (the gay twenties), une vague d'optimisme délirant qui touche également les états-unis. C'est à cette période que sont créées les recettes devenues aujourd'hui incontournables : le Bloody Mary et le Side Car sont créés à Paris, respectivement en 1921 et 1924. En 1951 se forme l'International Bartenders Association (IBA), qui regroupe les meilleurs barmen du monde. L'IBA tient à jours une liste de cocktails "officiels" qui est la référence pour tout les barmen du monde. Cette liste est régulièrement mise à jours et c'est graca à elle qu'on peut boire tranquillement un Dry Martini, un Gin Fizz, un Americano, un John (ou Tom) Collins ou un Manhattan, pour ne citer qu'eux, dans le monde entier.

De nos jours, la quasi-totalité des ingrédients sont disponibles facilement et presque partout. Quoi de plus convivial que de commencer une réunion familiale ou un dîner entre amis par quelques cocktails ! L'ambiance est tout de suite créée et permet de rompre la glace de manière attractive. Ce qui n'empêchera pas les amateurs de fréquenter les bars et établissements où officient les professionnels du cocktail. Ils y découvriront de nouvelles compositions très originales et apprécieront l'ambiance inimitable de ces lieux où la personnalité du barman et sa convivialité comptent autant que son talent.

Mélanger au Shaker ou à la Cuillère ?

Rendu célèbre par la formule de James Bond quand il commande ses Martini Dry "Au Shaker, pas à la Cuillère !", cette question n'est toujours pas franchement tranché sauf dans quelques cas particuliers. Car deux manières de mélanger les cocktails s'opposent, soit à la cuillère (Stirred en anglais), soit au Shaker (Shaken en anglais). Le shaker refroidis mieux mais incorpore des bulles d'air et de minuscules débris de glace, donc de l'eau, dans votre mélange. La cuillère conserve la parfaite transparence des liquides. Le Shaker est inévitable si le mélange comporte du blanc d'oeuf, de la crème fraiche ou du jus de fruit pour assurer un bon mélange, dans les autres cas, c'est selon les goûts des uns et des autres...

Comment s'y mettre ?

Les débutants sont souvent intimidés par "tout ce qu'il faut avoir" pour faire des cocktails. Pourtant c'est assez simple de commencer. Il suffit de partir sur des bases d'alcool qu'on possède déjà et de choisir des cocktails utilisant des ingrédients faciles à conserver au frigo (Jus de fruit en bouteille individuelle, petites briques de crème liquide...). L'achat incontournable au début, c'est le Shaker. Pour 25€ on trouve sur Amazon des kit avec Shaker et cuillère à mélange qui sont très bien pour débuter. Reste la question du dosage. Chacun voit sur ce sujet midi à sa porte, mais quand on débute je conseille d'essayer d'être précis. Personnellement j'utilise des tubes à essaie gradués d'une contenance de 100ml que j'ai trouvé sur internet (Prenez les avec un pied qui leur permet de tenir droit tout seul !).

Avec le temps je vais donc vous fournir ici divers articles sur les alcools, les cocktails ou bien d'autres boissons comme le thé ou le café. Le tout sera compilé dans un document PDF régulièrement remis à jour au fur et à mesure des publications.

Un peu de vocabulaire

l'univers des Cocktails implique la maitrise de certains termes :

  • Long Drink : Un long drink est un cocktail plus volumineux, il contient en moyenne 20 cl. De ce fait, un long drink est toujours allongé avec des boissons sans alcool (eau, soda, jus de fruits...), ce qui le rend plus doux que le short drink. Si le long drink est plus volumineux que son opposé le "short drink", la quantité d'alcool est à peu près la même entre les deux types de cocktail, donc le long drink n'est pas forcément plus enivrant que le short drink. C'est un peu près équivalent in fine.
  • Short Drink : Un short drink est un cocktail présenté dans un verre Rocks ou dans une Coupette contenant en moyenne 6:7 cl. En général, les principaux ingrédients d'un short drink sont les alcools. Un short drink n'est pas plus ni moins enivrant qu'un long drink, il est simplement plus corsé.
  • Straight up : Fait généralement référence à une boisson alcoolisée qui est agitée ou remuée avec de la glace, puis filtrée et servie dans un verre à pied sans glace.

A la bonne votre, je compte bien entendu sur votre modération ;-) .

Alexander

(IBA Officiel - Cocktail Digestif) Short drink onctueux à base de gin, servi straight up (sans glace), ce cocktail se déguste de préférence en digestif.

Dans le 'Recipes for Mixed Drinks' de Hugo Ensslin, datant de 1915, on trouve déjà une recette d'Alexander : gin, crème de cacao blanc et crème fraiche en parts égales. Plusieurs versions divergentes existent sur la naissance de l’Alexander. Son origine reste donc mystérieuse mais il semblerait que l’Alexander aurait été créé à New York avant la prohibition, dans les années 1910, par le barman Troy Alexander. Ce digestif de couleur blanche aurait été créé à l’occasion d’un dîner célébrant Phoebe Snow, personnage de publicité pour les chemins de fer qui était toujours vêtu d’une robe blanche.

Recette : Il se prépare au shaker et se sert dans un verre à cocktail refroidi, éventuellement dans une coupe à champagne (Service frappé sans glace). Les proportions sont 1/3 de Gin, 1/3 de Crème de Cacao blanc et 1/3 de Crème liquide. Certains ajoutent un blanc d'oeuf pour la texture. La garniture est habituellement de la noix de muscade râpée.

Variantes : La variante la plus courante est l'Alexandra anciennement appelé Brandy Alexander, utilisant du Cognac en lieu et place du Gin. Si le substitut du Gin est une liqueur de café comme le Kahlúa, on obtient un Coffee Alexander, et un Blue Alexander si on utilise du Curaçao bleu à la place de la crème de cacao.

Alexandra

Recette basée sur celle de l'Alexander et appelée Brandy Alexander jusqu'en 1950 avant de changer de nom.

Recette : Verser dans un shaker 1/3 de Cognac, 1/3 de liqueur de cacao brun et 1/3 de crème fraiche liquide. Frappez avec des glaçons. Servir dans un verre à Martini en filtrant les glaçons. Saupoudrer de noix muscade râpée. Le cocktail est généralement accompagnée d'une ou deux olives vertes et d'un zeste de citron.

Variantes : L'Alexandra est une variante du très classique cocktail Alexander où le Cognac remplace le Gin.

Americano

En 1919 commence la prohibition aux États-Unis, les américains profitent de leur séjour en Italie pour consommer des boissons alcoolisées. Le cocktail Milan-Turin à leur faveur mais allongé d'eau gazeuse. La préparation fut alors rebaptisé "Américano" en l'honneur des touristes américains qui appréciaient tant de le boire lors de leur séjour en Italie

Recette : Verser dans un verre highball avec des glaçons 4 cl de Campari, 4 cl de vermouth rouge et 6 cl d'eau gazeuse. Remuer délicatement avec une cuillère à mélange. Insérer une demi tranche d'orange. Les americanos se consomment selon les habitudes et préférences de chacun. Certains mettent plus ou moins d'eau gazeuse, certains ajoutent quelques gouttes d'angostura, quand d'autres diminuent ou augmentent la proportion de campari pour plus ou moins d'amertume.

Variantes : Sans eau gazeuse, on a un Milan-Turin, en remplaçant l'eau gazeuse par du Gin au ratio 1/3 on à un Negroni.

Balalaïka

Un Balalaïka est un cocktail russe à base de vodka, cointreau ou triple sec, et jus de citron. Il est baptisé du nom des balalaïka (instrument de musique traditionnel de la culture russe).

Recette : Verser dans un shaker 3 Cl de Vodka, 2 Cl de Triple Sec (Cointreau) et 2 Cl de Jus de Citron. Frappez avec des glaçons. Servir dans un verre à Martini en filtrant les glaçons.

Variantes : En rajoutant du jus de canneberge (Cramberry), on obtient un Cosmopolitan. Si on remplace la Vodka par du Gin c'est un White Lady, par de la Téquila c'est une Margarita.

Bloody Mary

(IBA Officiel - Long Drink) Le Bloody Mary (littéralement « Marie la sanguinaire ») est un cocktail plus ou moins fortement pimenté et épicé selon les goûts, à base de vodka, de jus de tomate, de jus de citron et d'épices telles que piment, sauce Tabasco, sauce Worcestershire, poivre, sel au céleri…

Selon les sources, le Bloody Mary aurait été créé en 1921 par le barman Fernand Petiot, au Harry's New York Bar, du 2e arrondissement de Paris, ou au bar de l’Hôtel Ritz de la place Vendôme, du 1er arrondissement de Paris.

Recette : Même si il est possible de le préparer au Shaker, on verse généralement les ingrédients directement dans un verre sans pied (Tumbler). Verser sur les glaçons 5Cl de Vodka, 10Cl de Jus de Tomate, 1/2 Cl de Jus de Citron et 1/2 Cl de Sauce Worcestershire. Ajouter deux gouttes de tabasco (ou plus selon les goûts), du poivre et du Sel de Céleri avant de mélanger le tout...

Variantes : On peut remplacer la Vodka par du Scotch Whisky (Bloody Scotsman), de la Tequila (Bloody Matador), du Rhum (Bloody Pirate), de la Guiness (Bloody Maureen) ou du Saké (Bloody Geisha) entre autre possibilités...

Between the Sheets (Entre les Draps)

(IBA Officiel - All Day Cocktail) L'origine de ce cocktail est généralement attribuée à Harry MacElhone du Harry's New York Bar de Paris dans les années 1930, comme une variante du Sidecar (avec moins de Cognac et en ajoutant du Rhum). Cependant, selon d'autres sources, ce cocktail aurait été créé dans des bordels français comme apéritif pour les prostituées.

Recette : Verser dans un Shaker 3Cl de Rhum blanc, de Cognac et de Triple Sec et 2 Cl de Jus de citron Jaune. Servir filtré dans un verre Martini froid.

Blue Lagoon

(All Day Cocktail) Le Blue Lagoon est un cocktail à base de Vodka, de Curaçao bleu, et de jus de citron. Sa superbe couleur bleue a inspiré le nom de la boisson.

La boisson Blue Lagoon fut inventée par Andy MacElhone au Harry's New York Bar de Paris en 1960, au moment de l'apparition du Curaçao bleu sur le marché des liqueurs. Le Curaçao, une liqueur d'orange titrant entre 20° et 40° qui se compose d'écorces, issues généralement de petites oranges vertes amères ou bigarades provenant de l'île de Curaçao. Sa particularité : elle est de couleur bleu vif et colore immédiatement les mélanges dans lesquels elle est présente.

Le cocktail Blue Lagoon est un hommage et une variante du White Lady, un breuvage à base de gin, triple sec et jus de citrons verts, créé par le père d'Andy, Harry MacElhone, Barman écossais ayant participé à l'ouverture du Harry's New York Bar en 1911 (Paris, rue Daunou, entre Av de l'opéra et Rue de la Paix).

Recette : Verser dans un Shaker 4 Cl de Vodka, 3 Cl de Curaçao bleu et 2 Cl de Jus de Citron Jaune. Ajouter la glace et secouer. Servir dans un verre Martini froid. (Note : Le Blue lagoon n'est pas dans la liste des cocktails officiels du IBA contrairement au White Lady donc j'ai repris les proportions officielles, à savoir 4/3/2).

Variantes : Le Curaçao étant un "triple-sec" comme le Cointreau, si on remplace la Vodka par du Gin (et le Curaçao par du Cointreau pour éviter la couleur bleue), on obtient un White Lady.

Caïpirinha

(All Day Cocktail) Symbolique du Brésil la Caïpirinha est préparée à base de Cachaça, de sucre Blanc et de citron vert.

On a très tôt mélangé Citron vert et cachaça au Brésil, sans doute au 17ème siècle. La boisons fut utilisée pour lutter contre la grippe mais aussi pour pallier la carence en vitamine C et le scorbut en haute mer. Caïpirinha signifie « petite paysanne ».

Recette traditionnelle : Laver 1 citron vert, couper les extrémité puis couper le citron en 6 à 8 morceau et retirer les parties blanches responsable de l'amertume. Mettre dans un verre 'old fashioned' avec 1 cuillère à soupe de sucre. Piler fermement. Ajouter une bonne couche de glace pilée. Verser 6 Cl de Cachaça et mélanger légèrement.

Recette rapide : Verser 2 Cl de jus de citron vert et 1 Cl de Sirop de sucre de canne. Mélanger. Ajouter la glace pilée puis 6 Cl de Cachaça et mélanger légèrement.

Variantes : D'autres cocktails à base de caïpirinha sont aussi populaires au Brésil, les Batidas, qui sont préparés à partir de fruits autres que le citron vert tels que mangue (manga), kiwi (kiwirosca), fruit de la passion (maracuja), fraises (morango), mûres (amoras), ananas (abacaxi)…

Cosmopolitan

(IBA Officiel - All Day Cocktail)Le Cosmopolitan (ou Cosmo) est un cocktail de couleur rose, classique des cocktails officiel de l'IBA, à base de vodka, de triple sec, de citron vert, et de jus de canneberge (Cranberry). Son nom fait référence au Cosmopolitisme Universel.

Une version « Stealth Martini » à base de Vodka et de jus de canneberge, est popularisée dans la communauté gay du Massachusetts des années 1960 (le jus de canneberge étant la boisson officielle du Massachusetts). Il se démocratise aux États-Unis, puis dans le monde entier, dans les années 1970 sous le nom de Cosmopolitan, ou Cosmo, avec un vif succès féminin, à cause entre autres de sa couleur rosé du jus de canneberge, dans son verre à cocktail évasé. Sa célébrité est accentuée dans les années 1990, par l’héroïne new-yorkaise Carrie Bradshaw (Sarah Jessica Parker) qui en fait son cocktail favori, lorsqu'elle sort avec ses copines dans les bars de New York, dans la série télévisée américaine à succès mondial Sex and the City.

Recette : Verser dans un Shaker 4 Cl de Vodka, 2 Cl de Triple Sec (Cointreau), 2 Cl de Jus de Citron Vert et 2 Cl de Jus de Cranberry. Ajouter la glace et secouer. Servir dans un verre Martini.

Variantes : Il existe de très nombreuses variantes du Cosmopolitan, dont le Crantini (vodka et canneberge), la Cosmopolitain à la pêche, avec du Schnaps à la pêche à la place du triple sec, et un jus de pêche à la place du jus de canneberge et le Blue Cosmo où le triple sec y est remplacé par du Curaçao bleu et le jus de canneberge rouge par un jus de canneberge blanc.

Daïquiri

(IBA Officiel - Cocktail Apéritif) Daïquirí est le nom d'un village cubain située non loin de Santiago de Cuba ainsi que celui d'une mine de fer. Le cocktail aurait été inventé par un ingénieur américain, Jennings Cox, qui était à Cuba au moment de la guerre hispano-américaine. Il est aussi possible que William A. Chanler, un élu américain qui acquit les mines de fer de Santiago en 1902, importât la recette du cocktail dans les boîtes de nuit new-yorkaises la même année. Au départ, la boisson était servie dans un grand verre rempli de glaçons. Une cuillère à café de sucre était versée sur la glace et un citron ou deux étaient pressés sur le sucre. On ajoutait enfin le rhum. Aujourd'hui, le daïquiri est mélangé dans un shaker : les ingrédients sont identiques, et le tout est servi dans un verre à cocktail.

Recette : Préparer au shaker 1 Cl de sirop de sucre de canne, 2 cl de jus de citron vert et 4 cl de Rhum blanc. verser dans un verre à cocktail.

Variantes : Le Daïquiri est une famille de cocktails dont les trois principaux ingrédients sont le Rhum, le jus de citron vert et le sirop de sucre. On peut y ajouter 3 cl de jus d'agrume ou 1,5 cl de sirop de fruit.

Dry Martini

(IBA Officiel - Cocktail Apéritif) Le cocktail préféré de l'Agent 007 qui le demande toujours au shaker et pas à la cuillère ! Short drink sec à base de gin, servi straight up, ce cocktail se déguste de préférence en apéritif.

Le Dry Martini ou Martini Gin est un apéritif et un cocktail dry officiel de l'IBA, à base de gin et de vermouth blanc (souvent confondu avec la marque de vermouth italien Martini du même nom). Le cocktail Dry Martini fait son apparition aux États-Unis, au début du 20ème siècle, où il devient très populaire. Il est couramment associé à des personnalités telles que Cary Grant, Ernest Hemingway, Robert Oppenheimer, Franklin Delano Roosevelt, Winston Churchill, Queen Mum, et la reine Élisabeth II du Royaume-Uni...

Le standard de préparation donné par l'IBA est d'une mesure de gin et une demie mesure de vermouth blanc sec (Martini « extra dry » ou Noilly Prat). Ces proportions peuvent varier selon les goûts... Le succès de ce cocktail réside donc dans la qualité de ses ingrédients, le dosage étant une affaire de goût. Ainsi Ernest Hemingway aimait un rapport de 10 mesure de Gin pour une de Vermouth. Plus fort, le cinéaste Luis Buñuel se contentait de mouiller les glaçons de vermouth avant de les plonger dans un verre de Gin... Quand à Winston Churchill, il affirmait qu'un regard vers la bouteille de vermouth était suffisant ou que « le martini le plus sec est une bouteille de bon gin qui se trouvait autrefois à côté d'une bouteille de vermouth ».

Deux manière de mélanger le cocktail s'opposent, soit à la cuillère (Stirred en anglais), soit au Shaker (Shaken en anglais). Le shaker refroidis mieux mais incorpore des bulles d'air et de minuscules débris de glace, donc de l'eau, dans votre mélange. La cuillère conserve la parfaite transparence des liquide. Le Shaker est inévitable si le mélange comporte du blanc d'oeuf, de la crème fraiche ou du jus de fruit pour assurer un bon mélange.

Recette à la Cuillère : Verser le Gin et le Vermouth dans un verre à mélange rempli de glaçons. Remuer à la cuillère puis filtrer dans le verre de service pour retenir les glaçons ( "Straight Up"). Le cocktail est généralement accompagnée d'une ou deux olives vertes et d'un zeste de citron.

Recette au Shaker : Verser le Gin et le Vermouth dans un shaker contenant les glaçons. Secouer puis filtrer dans le verre de service pour retenir les glaçons (Service "Straight Up"). le cocktail est généralement accompagnée d'une ou deux olives vertes et d'un zeste de citron.

Variantes : La Vodka Martini se prépare en remplaçant le Gin par de la Vodka.

Terminons avec cette merveille de dialogue tirée de Casino Royale version 2006 :
- Barman : Au shaker ou à la cuillère, Monsieur ?
- Bond : Est-ce que j'ai l'air d'en avoir quelque chose à foutre ?

Gin Fizz

(IBA Officiel - Long Drink) Long drink désaltérant à base de gin, servi avec glace, ce cocktail se déguste à tout moment de la journée.

Recette très attachée à l’histoire du Gin, le Gin Fizz apparaît dans la seconde moitié du XIXème siècle. Dès 1876 il est mentionné dans le livre américain « Jerry Thomas’ Bar-tenders Guide » du Professeur Jerry Thomas, il date donc de cette époque où la technique du mélange au shaker s'est répandue). Il s’agit d’une variante plus désaltérante du célèbre Gin Tonic. Le Gin Tonic avait été mis au point courant 18ème siècle par la marine anglaise pour lutter contre le Scorbut : le citron apportant l’acidité et le gin aidant à conserver la vitamine C.

Recette : Il se prépare au shaker. Les proportions sont de 4,5 Cl de Gin, 3 Cl de Jus de Citron Jaune et 1Cl de Sirop de Sucre de Canne. Verser dans un verre Tumbler sans filtrer (avec les glaçons donc). Compléter avec 8 Cl d'eau gazeuse. Décorer avec une cerise au marasquin et une rondelle de citron.

Variantes : De nombreuses variantes du Gin Fizz existent, il suffit de rajouter un blanc d’œuf pour le Silver Fizz et un jaune d’œuf pour le Golden Fizz. La plus connue est sans nul doute celle née en Nouvelle-Orléans, le Ramos Gin Fizz réalisée notamment avec un blanc d’œuf et de la crème liquide.

Hemingway Special

(IBA Officiel - Cocktail Contemporain) Durant sa vie, Ernest Hemingway a beaucoup voyagé. Lors de ses déplacement entre l’Amérique du Nord et l’Europe, l’écrivain faisait très souvent escale sur l’île de Cuba, point de ravitaillement navale entre les deux continents. C’est là, dans la ville de La Havane qu’il aurait découvert la recette du Daïquiri, un cocktail mélangeant le rhum agricole local avec du jus de citron vert et du sucre de canne. Connu sous le nom de “Papa” à La Havane, Hemingway commandait toujours son Daïquiri avec "plus de rhum et sans sucre", ce qui amena à une nouvelle version du cocktail, réalisé spécialement pour lui par le bar Floridita où Hemingway avait ses habitudes.

Recette : Préparer au shaker 6 Cl de Rhum brun, 4 Cl de jus de pamplemousse, 1,5 cl de jus de citron et 1,5 Cl de marasquin (Liqueur de Cerise). Verser dans un verre Martini.

Jack Rose

Short drink très populaire dans les années 1920 et 1930

Dans 'Le soleil se lève aussi' (1926) Ernest Hemingway fait patienter son narrateur à l’Hôtel Crillon de Paris, un verre de Jack Rose à la main. Il faut dire que c'était un des cocktails les plus populaires des années 20 et 30. On le retrouve dans la liste des 6 boissons de base du livre de David Embury sorti en 1948 “The Fine Art of Mixing Drinks.”. L'Applejack tombe en désuétude après guerre et le Jack Rose fait de même. Pourtant il regagne ces dernières années une place de choix dans les cartes à cocktail des bars d’hôtels américains, surfant sur la redécouverte du Calvados outre atlantique.

C’est l’un des deux seuls cocktails classiques utilisant du Calvados (produit uniquement dans la région de Calvados) ou de l’Applejack, une eau de vie de pomme typiquement nord américaine. Son inventeur serait Frank Haas, célèbre barman du Eberlin's sur Wall Street. Un article de 1899 en parle !

Recette : Il se prépare au shaker. Les proportions officielles sont 8/2/1 avec de l'Applejack mais avec du Calvados je vous conseille 5 Cl de Calvados, 1,5 Cl de Jus de Citron Jaune et 1Cl de sirop de Grenadine. Verser filtré dans un verre Martini.

Kansas

Recette : Le Kansas se prépare dans un verre à mélange et se sert dans un verre Old Fashioned. Les proportions sont 6 Cl de Vermouth Rouge, 2 Cl de Triple Sec (Cointreau), 2Cl de jus d'Orange et 2 Cl de jus de Citron.

Margarita

(IBA Officiel - Contempory Classics) Cocktail à base de Tequila, servi 'Straight up', ce cocktail se déguste à tout moment de la journée.

La Margarita est un cocktail, inventé par des Américains au Mexique durant la prohibition, période où les Américains ouvrirent des bars au Mexique et au Canada dans les zones frontalières. Ce cocktail aurait été créé en 1948 à Acapulco par une Américaine, Margaret Sames, dite « Margarita », et porte comme nom la traduction en espagnol du prénom Margaret. Une autre version dit qu'il fut créé par Carlos « Danny » Herrera dans son restaurant au sud de Tijuana en hommage à une actrice américaine nommée Marjorie King. On évoque aussi le cocktail Tequila Daisy (« marguerite » en français, « margarita » en espagnol) comme source possible du nom.

Recette : Frotter le bord du verre avec une tranche de citron vert pour y faire tenir le sel. Agiter au shaker les autres ingrédients avec de la glace (4 Cl de Téquila, 2 Cl de Triple Sec -Cointreau- et 2 Cl de Jus de Citron Vert). Verser délicatement dans le verre (en prenant soin de ne pas retirer le sel). Garnir et servir sur des glaçons (On the Rocks). Le nombre de glaçons dépend des recettes, des pourcentages de dosages ainsi que de la température.

Variantes : La recette la plus officielle, celle de l'International Bartenders Association, donne une proportion 5 Cl Téquila, 2 Cl Triple Sec, 1,5 Cl Jus de Citron Vert).

Milan-Turin

Le cocktail Milano-Torino est un short drink créé dans les années 1860 au Caffé Camparino à Milan par Gaspare Campari, l'inventeur du Campari lui-même. Le Milano Torino tient son nom des villes originaires des ingrédients qui le composent, le Campari provenant de Milan et le martini rouge provenant de Turin.

Recette : Verser directement le Campari et le vermouth rouge à égalité dans un verre highball rempli de glaçons.

Variantes : On peut allonger d'eau gazause (Americano) ou passer sur 3 tiers, le dernier tiers étant du Gin (Negroni).

Mojito

(IBA Officiel - Long Drink) En 1920, le mojito devint un véritable emblème de la culture cubaine, et est élevé au rang de « cocktail national de Cuba ». Le cocktail finit par s’exporter d’abord aux États-Unis, puis en Europe, avant d’être préparé dans la plupart des bars du monde entier. En France, il a été démocratisé à partir des années 1990 par une importante campagne marketing de la part de la marque de rhum Havana Club.

Recette : Placer les feuilles de menthes dans le verre (On ne déchire pas les feuilles de menthe car les huiles essentielles se situent sur la surface. Cela permet aussi de ne pas avoir de petits bouts de menthe qui vont bloquer la paille. On les dépose juste au fond du verre.). Ajouter un demi citron vert coupé en six puis 2 cl de sirop de sucre de canne. Ecrasez le citron avec un pilon (Il est important que la menthe soit au fond du verre afin qu'elle soit protégée à la fois par le sirop de sucre de canne et par les morceaux de citron). Ajoutez la glace pilée en laissant 2 cm de libre (Plus il y a de glace, moins elle fondra rapidement). verser 4 cl de rhum blanc agricole. Complétez avec l'eau gazeuse. Mélangez le cocktail afin que les saveur se mêlent. Le mojito se sert avec une ou deux pailles qui vont permettre de mélanger le cocktail au fur et à mesure de la dégustation.

Variantes : On peut remplacer la moitié de l'eau gazeuse par du jus de pamplemousse frais.

Negroni

Son origine n'est pas réellement certaine mais le cocktail aurait vu le jour dans les années 1900 grâce au comte Camillo Negroni, un aristocrate de Florence dont le cocktail préféré était le Milan-Turin. Un peu lassé, le comte aurait demandé à son barman habituel Fosco Scarelli d'y ajouter du gin. Longtemps réalisé avec 1/3 de gin, 1/3 de vermouth et 1/3 de bitter, il se réalise de plus en plus avec plus de gin pour un meilleur équilibre.

Recette : Verser dans un verre highball avec des glaçons 3 cl de Campari, 3 cl de vermouth rouge et 4 cl de Gin. Remuer délicatement avec une cuillère à mélange. Insérer une demi tranche d'orange.

Variantes : On peut remplacer le Gin par de d'eau gazause (Americano) ou passer sur 50/50 Vermouth Campari (Milan-Turin).

Piña Colada

(IBA Officiel - Long Drink) La Piña Colada (piña, ananas, et colada, filtrée) est un cocktail officiel de l'IBA, à base de rhum, jus d'ananas et crème de noix de coco, originaire de l’île de Porto Rico dont elle est déclarée boisson nationale depuis 1978.

Recette : La recette officielle de l'IBA de la piña colada est réalisée avec 5 cl de rhum blanc des Caraïbes, 5 cl de jus d'ananas frais filtré, et 3 cl de crème de noix de coco, le tout mélangé avec de la glace pilée au mixeur ou au shaker jusqu’à obtention d'une consistance crémeuse, mousseuse, et onctueuse. Quelques gouttes de jus de citron vert peuvent être ajoutées.

Variantes : Le Blue Hawai ajoute du Curacao à la recettte (4 Cl de Rhum, 2 de Curaçao, 4 de lait de coco et 8 de jus d'Ananas). Le Miami beach remplace le Rhum par du Gin.

Russe Blanc

(IBA Officiel - All Day Cocktail) Le Russe blanc est un cocktail à base de vodka, de liqueur de café et de crème (plus rarement de lait), servi avec de la glace dans un verre type old fashioned.

Dans le film The Big Lebowski des frères Coen, le Russe blanc est la boisson favorite du personnage appelé « Dude » . Il le concocte avec de la crème liquide, du lait et même du lait en poudre. Le film a contribué à la popularité du Russe blanc. La boisson est également mentionnée dans le film Catwoman par le personnage éponyme qui la réclame « sans glace, sans vodka, sans Kahlúa », c'est-à-dire exclusivement composé de lait. Très populaire en Russie, la boisson n'est cependant pas russe à l'origine, mais a été nommées ainsi car la vodka est le principal ingrédient.

Recette : La composition traditionnelle du Russe blanc est de 50 % de vodka pour 20 % de liqueur de café et 30 % de crème (recette officielle de l'IBA). On ajoute ensuite quelques glaçons et on mélange lentement.

Variantes : Il est dérivé du Black Russian, plus alcoolisé car composé de vodka aux trois quarts et de liqueur de café (Kahlúa ou Tia Maria) pour le reste, parfois servi sans glaçons. Le White cuban remplace la Vodka par du Rhum. Le Blind Russian remplace le lait par du Beileys Irish Cream.

Sidecar

(IBA Officiel - The Unforgettables) Le Sidecar est un cocktail à base de Cognac et Cointreau.

Le premier cocktail emblématique Cointreau, le Sidecar, a une histoire qui remonte aux années 20 à Londres. Proposant un équilibre parfait entre Cointreau, Cognac et citron, ce cocktail est un classique qui a perduré de génération en générations. La touche finale ? L’ajout de sucre sur le bord du verre qui apporte un équilibre idéal entre douceur et acidité.

Concernant l'origine du nom que porte ce cocktail, les versions sont toutes aussi nombreuses. La version majoritairement retenue nous indique que le nom rendrait hommage à un officier de l'armée qui avait l'habitude de se rendre au bar en side car.

Recette : Verser dans un shaker 2 Cl de Cointreau, 5 Cl de Cognac et 2 Cl de jus de Citron jaune. Secouez et filtrez le tout dans un verre à cocktail réfrigéré. Décorez d'un zeste d'orange twisté.

Tequila Sunrise

(IBA Officiel - Contempory Classics)La Tequila Sunrise est un cocktail à base de Téquila et de Jus d'Orange.

La version moderne du cocktail a été créée au début des années 1970 par deux jeunes barmans, Bobby Lazoff et Billy Rice, au restaurant Trident à Sausalito, une ville au nord de San Francisco. En 1972, lors d'une soirée privée au Trident organisée par Bill Graham pour la fête de lancement pour la tournée des Rolling Stones en Amérique, Mick Jagger avait accepté une Tequila Sunrise proposée par le barman au lieu de la margarita qu'il avait commandée. Il a aimé, et lui et son entourage ont commencé à les avaler une après l'autre.
Ils finirent par en commander pendant toute leur tournée aux États-Unis, baptisant même la tournée du surnom « la tournée Cocaïne et Téquila Sunrise ». À l'époque, le Trident a été le plus grand débouché pour la Téquila aux États-Unis.
En 1973 José Cuervo a repris le cocktail comme une opportunité pour le marketing et ils ont mis la recette sur le dos de leurs bouteilles de Téquila. Plus tard dans l'année, le groupe Eagles a enregistré une chanson appelée Tequila Sunrise lorsque la boisson a été en plein essor aux États-Unis.

Recette : Verser directement dans le verre 6 Cl de Téquila et 12 Cl de Jus d'Orange. Remuer à la cuillère. Ajouter délicatement 2 Cl de Sirop de Grenadine. Le sirop va se déposer au fond du verre, un petit coup de cuillère avant de servir permetra d'obtenir un beau dégradé.

Variantes : La Téquila peut être remplacée par de la Vodka (Russian Sunrise) ou par du Rhum (Caribbean Sunrise). La Grenadine peut être remplacée par de l'Apérol (Apérol Sunrise).

Pour être complet, la recette originale a été créée à la fin des années 1930 ou au début des années 1940 par Gene Sulit, barman au Biltmore Arizona à Phoenix, à la demande d'un client habitué, amateur de tequila, qui voulait une boisson rafraîchissante. La composition était la suivante : 5 Cl de Téquila, 10 Cl d'eau gazeuse, 2Cl de Citron vert et 2 Cl de Crème de Cassis.

Vodka Martini

Le Vodka Martini ou Vodkatini ou Kangourou est un cocktail à base de vodka et de vermouth (Martini).

Il est depuis 1953 un des cocktails les plus célèbres de la littérature et du cinéma mondial, en tant que cocktail préféré de l'agent secret britannique James Bond 007, de Ian Fleming, avec ses variantes Dry Martini (gin, et vermouth) et Vesper (vodka, gin, Lillet et citron).

Recette : Mélanger dans un shaker ou dans un verre mélangeur 5 Cl de vodka et 1 Cl de vermouth sec avec de la glace. Ce fameux choix entre Shaker et Cuillère au verre mélangeur explique la précision récurrente de James Bond lors de ses commandes : "Shaken, not stirred" qu'on peut traduire par "au shaker, pas à la cuillère"). Servir filtré et « straight up » (sans glace) dans un verre à cocktail refroidi préalablement par de la glace. Ce cocktail est très souvent agrémenté de quelques olives vertes enfilées sur un pic en bois.

Variantes : On peut ajouter un peu de jus d'Ananas (Queens).